Parentalité

Le début de mon allaitement en détails

Peu entourée de mamans ayant allaité, il m’a fallu lire et entendre plusieurs témoignages sur l’allaitement, pour prendre de l’assurance en mon histoire lactée. C’est pour moi comme une évidence de témoigner à mon tour.

Depuis quelques années (vous le remarquerez au fil de mes articles), j’ai prit conscience que notre santé est entre nos mains. Tout sujet qui touche à la santé est une source de curiosité pour moi. L’allaitement n’est pas passé entre les mailles du filet. Quand je suis tombée enceinte, il m’est apparu évident de faire mon possible pour allaiter.

20180714_182822

Juin 2018, Bébé est attendue pour le 9 Juin. Dans ma valise de maternité, sur les conseils de mon amie Titou qui a allaité ses deux enfants, je n’oublies pas la crème lanoline, la poche de gel au congélateur, bouts de seins, les coussinets d’allaitement lavables, des t-shirts amples ET l’indispensable coussin d’allaitement. Je me demandes bien pourquoi autant de choses… Le terme est dépassé, bébé toujours au chaud, j’essai tout et n’importe quoi pour l’aider à venir. Parmi toutes les astuces de grand mère qu’on m’a partagé, il y avait « stimuler la lactation provoquerait des décharges d’ocytocine. Alors voilà c’est comme ça que j’ai fait connaissance avec le tire lait manuel ! (Ca n’a pas provoqué mon accouchement pour autant).

15 Juin 2018, encore dans les vapes de l’accouchement, une conseillère en lactation passe en chambre de séjour pour la première tétée. Sur le coup, je ne réalise pas que cette mise au sein est importante, j’accueille ma fille Clémence naturellement contre moi et de la même manière elle tête naturellement et instinctivement parfaitement bien. J’ai une production de colostrum très importante parait-il. Quelques jours plus tard je me suis rendue compte de la chance que j’avais et de l’importance que je n’avais pas encore donné à ce moment.
Les sages femmes passent régulièrement tout le long de la journée et du séjour en maternité pour s’assurer que l’allaitement se passe bien (mille mercis à elles, car la première semaine, chaque heure est différente de l’heure précédente).

16 Juin 2018, Clémence demande beaucoup le sein et je commence à avoir mal aux mamelons. C’est le moment d’appliquer la crème lanoline avant qu’il y ai des dégâts. Puis les heures passent et ça devient vraiment trop douloureux. Elles me conseillent de donner mon doigt à téter à Clémence car je n’ai pas à m’inquiéter du lait qu’elle prend, mais plutôt préserver mes seins des crevasses étant donné que Clémence a un fort besoin de succion. Finalement, on fini par aller acheter une tétine à la pharmacie la plus proche car elle a réellement un très fort besoin de succion.
La journée passe et la mise au sein est de plus en plus douloureuse. J’alterne crème lanoline et couches mouillées mises au congélateur par les sages femmes à la place des poches de gel ! J’utilise des bouts de seins pour avoir moins mal, parait-il les coquillages de nacre soulagent les mamelons pour info.

Petit aparté sur la tétine
Ça a été mon premier apprentissage du « chaque enfant est différent, même si nous avons des illusions d’un type d’éducation, finalement c’est l’adaptation à son enfant qui guide son accompagnement et épanouissement« . Je disais ne pas vouloir donner la tétine à mon enfant, j’ai vite compris que je ne choisissait pas ses besoins. La tétine nous a permis à toutes les deux de vivre sereinement l’allaitement. J’ai par la suite été rassurée par des professionnels qui m’ont expliqué que si bébé à un fort besoin de succion, il est important de l’assouvir, il lui permet de développer des muscles essentiels au bon maintien de sa colonne vertébrale. Quand bébé sera plus grand il ne tient qu’à nous parent de ne pas lui donner la tétine par « habitude ». Aujourd’hui Clémence a 8 mois et en effet elle n’utilise presque pas la tétine. Elle a ses périodes, ses moments qui changent continuellement mais lorsqu’elle ne veut pas la tétine elle l’enlève naturellement de la bouche. Faisons leur confiance tout en étant attentifs et à l’écoute de leurs besoins.

17 Juin 2018, la douleur est toujours intense, je demande de l’aide aux sages femmes. Chacune m’apporte un conseil différent sur la mise au sein, la position à prendre, etc. Je ne m’y retrouve pas. Elles m’assurent que tout va bien, que Clémence tête bien, que ça va rentrer dans l’ordre. Plus tard j’ai compris que chacune avait raison à sa manière, qu’elles m’ont été d’une aide indispensable et que c’était tout simplement la mise en route de l’allaitement qui suivait son cours et qui est douloureuse au début.

18 Juin 2018, je commence à avoir plus d’assurance sur la position à prendre pour allaiter, vérifier la position de la bouche de Clémence, stimuler Clémence pour qu’elle fasse des tétées efficaces pour préserver mes mamelons et reste la mise au sein qui est douloureuse mais non la succion. J’ai comme l’impression que la montée de lait est passée inaperçue. C’est royal.

19 Juin 2018, sortie de la maternité en toute confiance. Les sages femmes sont contentes de la tournure que prend mon allaitement, je suis rassurée et confiante.
Le soir venu, les choses se compliquent, j’ai les seins chauds, douloureux et je me sens pas très bien. Mes seins gonflent à vu d’oeil mais le lait ne sort pas. Nuit compliquée.

20 Juin 2018. Je crois que j’ai de la fièvre, mes seins ne vont pas mieux, c’est même la catastrophe. Massages sous la douche, tire lait manuel, rien n’y fait, le lait ne sort pas ! Il va me falloir un tire lait électrique, j’ai oublié de demander l’ordonnance à la maternité, injoignables 😦 Je file à la PMI la plus proche pour demander une ordonnance et des conseils. Je récupère un numéro départemental d’aide pour l’allaitement. On me conseille de mettre Clémence le plus souvent possible au sein. C’est une galère pour avoir un tire lait électrique, soit il faut payer soit il faut le commander et ça prend plusieurs jours. Finalement je le commande par téléphone auprès de Suckel, c’est remboursé par la sécurité sociale et leur service client est au top ! Livraison prévue pour le lendemain !

21 Juin 2018. Sauvée par l’arrivée du tire lait électrique le matin même !! C’était donc ça la montée de lait accompagnée d’un engorgement ? Je comprends mieux 😀 On reprend un allaitement serein, j’ai une très bonne production de lait.

La semaine qui a suivi, j’avais prit RDV avec la conseillère en lactation pour affiner des détails (tirer mon lait pour le conserver sans perturber l’allaitement, stopper l’utilisation des bouts de seins en limitant les douleurs de la mise au sein, voir d’autres positions d’allaitement, mieux connaitre le rythme de ma fille, etc). Je le conseillerai à toutes celles qui peuvent de le faire, pour s’assurer un allaitement confortable.

La mise au sein a été douloureuse les 2 premières semaines de l’allaitement. Avec du temps j’ai compris que mes douleurs de mises au sein étaient à cause du trop plein de lait dans mes seins alors mon mamelon était compliqué à prendre pour Clémence. Plus tard j’ai tiré mon lait avant de donner le sein à Clémence, ça a été radical !
J’ai eu quelques engorgements avec fièvre les premiers mois. Ce qui a fonctionné le mieux pour mes engorgements c’est l’homéopathie et repos total. J’avais notamment le sein droit qui s’engorgeait facilement si j’utilisait le tire lait électrique. Quand j’avais trop de lait je mettais donc Clémence toujours au sein droit et je tirai mon lait au sein gauche pour équilibrer. Cette habitude je l’ai toujours aujourd’hui car mon sein droit ne supporte toujours pas le tire lait.
Au fil des mois ma production de lait s’est stabilisée et rythmée sur les besoins de Clémence. Je n’ai plus besoin de porter de coussinets d’allaitement comme les 3 premiers mois. Au début j’ai congelé des grandes quantités de lait. Aujourd’hui si je ne tire pas  en même temps qu’elle tête mon autre sein, je n’ai pas de lait qui sort.

Résumé de tout ce qui m’a été utile:
-Etre entourée,
-Crème lanoline,
-Couches mouillées mises au congélateur (par la maternité)
-Bouts de seins,
-Coussinets d’allaitement,
-Coussin d’allaitement,
-Une tétine pour bébé
-Tire lait manuel
-Tire lait électrique « Suckel »
-Pots et sachets de conservation pour le lait
-Des langes
-De l’homéopathie
-Des massages sous l’eau chaude
-Des jolis soutien gorge d’allaitement pour la journée
-Des soutien gorge bandeau pour la nuit (pour maintenir les coussinets d’allaitement)
J’espère que cet article t’apprendra de nouvelles choses 🙂 Et si tu es maman ou future maman, peut être qu’il te rassurera ou donnera confiance en ton allaitement. Mais n’oublies pas que chaque histoire est unique !
A bientôt pour la suite de mon aventure lactée. Et si tu as des questions, n’hésites pas à me les poser !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s